Nous utilisons propres et les cookies tiers d'utiliser l'analyse et la mesure de notre site Web pour améliorer nos services et de montrer la publicité, en analysant sur les habitudes de navigation. Si vous continuez à parcourir, nous envisager d'accepter add utilisation. Vous pouvez modifier les paramètres ou obtenir plus d'informations  ici.

“Chez Etnia Barcelona, nous écrivons notre propre histoire en travaillant aux côtés de véritables mythes du monde de l’art et de la photographie ”

Nobuyoshi Araki (Tokyo, 1940) est un célèbre photographe japonais, dont l’œuvre a souvent été sujet à controverse.
Son travail explore des sujets divers comme Tokyo, sa ville natale, la relation entre vie et mort ou encore l’érotisme féminin. C’est justement son imaginaire sexuel qui a suscité à la fois polémique et fascination. L’artiste est connu pour ses photos sur des sujets subversifs comme le Kibanku, l’art japonais du bondage, où figurent des femmes nues et ligotées.
Depuis le début de sa carrière dans les années 60, Araki est l’un des photographes contemporains les plus prolifiques. Il a publié de nombreux livres de photos. Au Japon, c’est une véritable star, surnommé « Tensai Araki » (Araki le génie) Son travail est également reconnu en Occident et des chanteurs comme Björk ou Lady Gaga lui voue une grande admiration.
Avec Satchin (1964), une série de photos avec lesquelles le jeune tokyoïte dresse le portrait du Japon de l’après-guerre, il reçoit sa première distinction : le prestigieux prix Taiyo. En 1971, il publie son premier photobook, Sentimental Journey, qui retrace sa lune de miel avec sa femme Aoki Yoko. Des années plus tard, il complète cette œuvre avec la publication de Winter journey (1991), où il aborde la mort de son épouse après avoir lutter contre le cancer.

ArakiBio

Nous lui avons proposé de donner libre cours à son art dans notre collection

Araki a collaboré avec nous sur la campagne de notre collection de lunettes de soleil Paris-Tokyo, qui contenait plus de 138 références de couleurs

Araki s’est présenté à la séance de photos avec l’un de ses objets fétiches : un dragon en plastique

Araki a posé une condition pour accepter le projet : sa muse devait impérativement être la modèle des photos.

Notre directeur créatif s’est rendu au Japon pour travailler aux côtés d’Araki. Après le shooting, Araki l’a invité à un karaoké classique japonais.

Yves Klein (Nice, 1928 - Paris 1962) est un artiste français à la renommée internationale, une figure essentielle de l’art conceptuel et de la performance.
Au cours de sa brève carrière artistique, interrompue par sa mort prématurée à 34 ans, Klein a défini le cours de l’art occidental grâce à sa passion pour la couleur. Sa dévotion chromatique était si profonde qu’après avoir testé un pigment bleu outremer, en 1960, il a breveté sa propre couleur : le fameux bleu Klein international. Avec ce bleu, il a réalisé l’une de ses plus grandes œuvres : le Monochrome bleu (1957).
L’artiste a commencé à intégrer sa couleur à toutes sortes d’objets, même dans ses « pinceaux vivants ». Klein cherchait à se distancier de son œuvre en négligeant le recours au pinceau, remplacé par des modèles nus couverts de pigment bleu, qui laissaient leur empreinte corporelle sur la toile. En 1960, il présente ainsi à Paris sa performance la plus notable, Anthropométrie.
En juin 1962, Yves Klein meurt d’une attaque cardiaque. Son fils naît au mois d’août de la même année et hérite du prénom de son père. D’après la légende, l’autopsie aurait révélé que les organes de l’artiste étaient teints en bleu en raison de l’inhalation du pigment qu’il avait breveté. Une sorte de testament de sa passion pour la couleur. Une façon de boucler à merveille le cercle artistique.

KleinBio

Les lunettes mêlaient des touches d’or au bleu Klein, le doré étant une autre de ses couleurs de prédilection.

Nous avons utilisé le pigment bleu breveté par Yves Klein pour créer la couleur unique des acétates de la collection International Klein Blue.

La présentation a eu lieu à Paris, dans les archives des héritiers d’Yves Klein

De nombreuses célébrités ont succombé au charme des lunettes Klein, et cette couleur unique est à nouveau en vogue cette saison

“La Marseillaise”, Yves Klein

Steve McCurry (Philadelphia, 1950) est l’un des photographes contemporains les plus applaudis sur la scène internationale.
Connu pour son travail suggestif autour de la couleur, le photoreporter américain doit sa notoriété internationale à son portrait de la « jeune fille afghane », qui a fait la Une de la revue National Geographic en 1985 et constitue encore aujourd’hui l’une des photos les plus connues dans le monde.
Mais la carrière du photographe a démarré bien des années avant, en 1978, avec la Guerre en Afghanistan. Camouflé sous des vêtements locaux, McCurry franchit la frontière du Pakistan pour rejoindre la zone afghane contrôlée par les rebelles, avant l’invasion soviétique. Quand il quitta le pays, il transportait ses pellicules cousues dans ses habits. Ses clichés ont été parmi les premiers à rendre compte de ce conflit. Ils lui ont valu la médaille d’or Robert Capa pour le meilleur reportage photographique à l’étranger. C’est l’une des nombreuses distinctions que McCurry a reçu tout au long de sa carrière.
Il a continué à couvrir avec son appareil des conflits internationaux, reflétant dans ses clichés l’empreinte de la guerre, non seulement sur les paysages mais aussi sur le visage et la vie des personnes. Son travail a été publié dans des revues du monde entier, notamment le National Geographic.

McCurryBio

Nous avons proposé à Steve McCurry de travailler à nos côtés pour la collection Wild Love in Africa. Après avoir parlé avec son manager, l’artiste nous a appelés lui-même pour nous faire part de son intérêt.

Toutes les photos de la séance africaine ont été faites avec une Hasselblad, l’appareil préféré de Steve.

La collection Wild Love in Africa se caractérise par des motifs Animal Print, des couleurs vives dans le détail des montures et le recours à des acétates naturels

La photo représente Johannes, un peintre qui travaille dans un petit village d’Afrique du Sud. Saisis par son regard hypnotisant, nous lui avons proposé d’être notre modèle

Nous avons passé 10 jour avec Steve McCurry dans la savane africaine, où a eu lieu le shooting.

Et voici le CD qu’écoutait l’équipe en Afrique

Jean-Michel Basquiat (New York, 1960-1988) est un peintre américain qui a bouleversé le monde artistique new-yorkais dans les années 80. Précurseur du graffiti, il a réussi à faire rentrer le Street Art dans les galeries d’art.
Issu de la scène punk de New-York, cet artiste urbain était en contact avec la sous-culture de la grande ville. L’art des rues a été le premier vecteur de son talent. Au début des années 70, il a commencé à utiliser le graffiti comme mode d’expression : sous le nom de SAMO (Same Old Shit, « Toujours la même merde »), il peignait avec un ami les gares et les bâtiments de Manhattan. Ses messages antisystème ont vite attiré l’attention des médias.
Dans les années 80, Basquiat troque la rue pour les galeries d’art. À 20 ans à peine, le jeune Basquiat décroche sa première exposition dans une galerie de Soho. À partir de là, il obtient une reconnaissance internationale pour la transgression et l’expressivité de son travail, qui aborde des sujets comme le racisme, la politique ou encore l’hypocrisie sociale. À cette période, il collabore avec l’artiste pop Andy Warhol et en peu de temps, il devient l’un des peintres les plus célèbres et les plus exploités commercialement du néo-expressionnisme américain.
Son ascension professionnelle coïncide avec son déclin personnel. En prise à des problèmes de drogue, il succombe tragiquement à une overdose en 1988, à 27 ans à peine.
La vie de Jean-Michel Basquiat a été brève mais son œuvre perdure et exerce encore aujourd’hui une influence énorme sur le panorama artistique international.

Jean-Michel BasquiatBio

Jean-Michel Basquiat Portrait

Nous étions fascinés par l’attitude rebelle et l’esprit de rupture de l’artiste, qui a marqué un tournant dans le monde de l’art. C’est pourquoi nous avons voulu lui rendre hommage.

Les lunettes de soleil de la collection Basquiat portent une incrustation en or de son iconique « Crown », en référence au symbole de la couronne que l’artiste utilisait de façon récurrente dans ses œuvres

Lors de la campagne de promotion, nous avons travaillé avec le rappeur et producteur Oddisee et l’artiste urbaine Elle pour transmettre la transgression de l’art urbain de Jean-Michel Basquiat.

La fête de présentation a eu lieu à Brooklyn, ville natale de l’artiste, et des célébrités comme Solange Knowles y ont assisté.

3 œuvres de Basquiat ont été utilisées pour faire les patterns des lunettes : “Fallen Angel”, “In This Case” et “Glenn”